Nous passons 70 à 90% de notre temps à l’intérieur, dans des locaux clos : habitation, lieu de travail et de loisirs, voiture… La pollution intérieure est, dans la plupart des cas, nettement supérieure à la pollution extérieure de l’air, sa composition est cependant généralement différente en raison de la présence de polluants spécifiques.

Les polluants d’intérieur ont des origines diverses :

– la pénétration de l’air extérieur (circulation motorisée, chauffages domestiques, entreprises industrielles) qui apporte ozone, dioxyde de carbone, dioxyde de soufre, oxydes d'azote NOx ... 
– le système d’air conditionné qui peut, selon son type et la régularité de son entretien, améliorer ou altérer la qualité de l’air (moisissures bactéries, poussières)
– les équipements de l’habitat (matériaux de construction, panneaux d’aggloméré, isolation, vernis et peintures, produits d’entretien domestique ou de traitement du bois…) qui génèrent principalement des COV (composés organiques volatiles)
– l’activité humaine (activité individuelle, activité physique, cuisson, fumée du tabac…) qui génère de particules fines entre autres
– les biocontaminants (animaux, plantes…)
– la pollution à l’intérieur des véhicules qui est en fait un « concentré » de la pollution extérieure
– des polluants divers selon les locaux (amiante, poussière…)

Que faire alors ?
Voici quelques conseils simples pour améliorer la qualité de l'air intérieur :
- Aérez tous les jours au moins 10 minutes
- Pas de tabac à l'intérieur des locaux
- Pour aménager son intérieur ou pour bricoler, utilisez des produits classé A+ pour les émissions de COV
- Entretenez votre habitat : climatisation, équipement de chauffage, enlevez les moisissures éventuelles, hotte de la cuisine ...